Retour

16

Août 2018

  • Articles et presse

Brèves de l’Asset Management – Episode 10 – Georges Soros, un autre gérant star

Article rédigé par Romain Rousval – Périclès Consulting

Périclès Group vous présente sa première série de l’été : Les brèves de l’Asset Management, la chronique pour en savoir plus ou se rappeler des faits marquants de la gestion collective.
Des premiers produits d’épargne collective à la naissance des leaders mondiaux et l’internationalisation de la collecte, en passant par les gérants stars et les scandales financiers, nous vous donnons rendez-vous chaque semaine sur LinkedIn et sur notre site internet pour une petite histoire sur l’Asset Management.
Bonne lecture !

Georges Soros est né le 12 août 1930 en Hongrie. De confession juive, il est âgé de 13 ans lorsque l’Allemagne nazie envahit la Hongrie. Il échappe à la déportation grâce à un fonctionnaire qui le fait passer pour un membre de sa famille. En 1946, il fuit l’occupation soviétique et émigre au Royaume-Uni pour y suivre des études d’économie, de sciences et de philosophie.

Il débute sa carrière dans de petites sociétés de courtage à la City avant de rejoindre les Etats-Unis en 1956 dans le but de gagner assez d’argent pour s’adonner à sa passion : l’écriture et la philosophie.

Il commence comme analyste, puis gérant d’un fonds d’arbitrage sur les matières premières avant de créer son premier fonds en 1969 dans lequel il investit ses propres économies. Il spécule sur les actions, les obligations et, à partir de 1973 et la fin du système de changes fixes, sur les devises. Pendant des années, il obtiendra des performances astronomiques de plus de 30%.

episode_10_2
Il fut principalement connu du grand public en 1992, devenant « l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre » en spéculant avec une telle intensité sur la devise britannique, qu’il la contraint à quitter le système monétaire, et a empoché ainsi plus d’un milliard de dollars en une nuit.
Il n’est pas infaillible, puisque suite à l’élection de Trump il a parié sur la baisse de la bourse américaine et a perdu près d’un milliard de dollars en quelques semaines.

Sa fortune personnelle est estimée à 8 Mds$ en 2017 par le magazine Forbes. Philanthrope, il finance ainsi ses différentes fondations dont Open Society Foundation qui a pour but d’aider le développement des sociétés démocratiques et ouvertes.

episode_10_3

A suivre – Episode 11 : De l’agent de change à la société de gestion

Partagez cet article :

Pour partager cette fiche, entrez une adresse mail valide :

Envoyer